Des tissus noirs

Adrien Savigny


Crêpe de laine

Comme un fleuve aux larges méandres,
Dont le courant lourd et régulier entraine tout sur son passage, Le regard sombre dans son sillage compacte et mélancolique.

Sergé de soie

Indifférent, il se déploie glacé et glissant , Insensible aux yeux tendus vers ses stries luisantes, Sa surface se casse pour mieux happer le regard.

Satin de soie

Effleurant sa surface scintillante du bout des doigts,
Il glisse et frémit comme une feuille dans le vent d’automne,
Avec gaieté et insouciance, délicatement se pose sur le ciel gris d’octobre.

Crêpe Marocain

Ondoyant comme une dune du Sahara,
Il déploie sa surface granuleuse et sensible, Dense et souple, il se glisse autour des doigts.

Tweed de laine

Dans ses ramages s’enchevêtrent les contours flous d’une matière moelleuse, A sa forme nébuleuse s’accroche la chaleur d’un été lointain,
Au coeur de l’hiver,

Velours de soie

Il coule sur le corps en un mouvement doux,
Son fin duvet flamboyant, avide de lumière,
Une caresse chatoyante et éphémère sur la peau frémissante.

Lin irlandais

Gonflé par le vent et fouetté par l’embrun des vagues,
Reposant sur la rosée du matin,
Bouffant et mouvant sous un ciel nuageux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *